Vidéo de Kelly Bochenko qui dans les bureaux de TV Mag a retrouvé avec joie sa copine Célyne Durand pour deux interviews. La première par Célyne Durand elle même qui donne un moment complice et charmant entre ces deux copines et la seconde par le journaliste de TV Mag.

Les questions de Célyne Durand

Kelly, pourquoi avoir participé à la ferme ?

C’était une façon de m’éloigner de tout le tapage médiatique dont j’étais l’objet. C’était comme une thérapie, j’ai bien fait de le faire. On représentait tous une association. J’ai choisi de défendre la Fondation Assistance aux animaux (www.ferme-pedagogique.com/FAAA/), ça a motivé ma participation et je n’ai pas hésité à venir.

Quels souvenirs vas-tu garder de cette aventure ?

La découverte de l’Afrique, c’est ce qu’il faut retenir. Tous ces animaux qu’on ne peut pas voir au quotidien.

Qu’est-ce qui était le plus difficile dans la ferme ?

Ces dernières semaines, les stratégies m’ont fait de la peine. Finalement, ce n’était pas les moustiques les plus terribles (rires).

Qui était le fermier le plus séduisant ?

(hésitante) Je suis fiancée, je vais me marier et je suis follement amoureuse, d’accord ? En tout objectivité… Je vais dire David (Charvet). Sinon, mon fermier préféré était Christophe (Guillarmé) et Mickaël (Vendetta) vers la fin. J’ai appris à le découvrir et je ne le détestais plus.

Les questions d’Eve Angeli

Kelly, je te félicite d’être restée légère et enfantine durant le jeu. Tu avais moins l’habitude des caméras que la plupart de tes colocataires. Est-ce que la présence des caméras t’a perturbé pour rester naturelle ?

Elle est adorable, merci beaucoup Eve. Les caméras ne m’ont pas perturbée parce qu’en fait, je les ai rapidement oubliées. Du coup, je faisais plein de bêtises.

Comment expliques-tu que certains candidats comme Mickaël Vendetta te comparaient à moi (Eve Angeli) ? Est-ce que tu le prends bien ou mal ?

Eve, personnellement je te trouve très intelligente. Beaucoup pense le contraire. Nous sommes des femmes enfants, spontanées, on ne se prend pas la tête et on n’a pas peur du ridicule.

Est-ce que tu n’as pas exagéré par moment ton côté nunuche ?
C’est sûr que j’en joue parce que je sais que ça fait rire. C’est vrai qu’en me voyant en vidéo, je me fais rire. J’en joue inconsciemment.

Comment as-tu fais pour supporter le côté donneur de leçons de David. Est-ce qu’il t’agaçait parfois ?

Oui c’est vrai. Je n’osais pas le montrer. Il a une sorte d’autorité naturelle.

Les questions de TVMag.com

Dans ton portrait, tu t’es présentée comme la Miss la plus médiatisée et la plus sulfureuse… Est-ce que ce n’était pas remettre de l’huile sur le feu ?

Non je ne trouve pas. Je me suis présentée telle que j’étais à ce moment-là. Je faisais l’actualité et j’étais la Miss la plus médiatique à cause de ces photos. Je ne renie pas cette médiatisation et ces photos. Je les assume mais sans les revendiquer.

Du point de vue de Geneviève de Fontenay, est-ce que tu peux comprendre que c’est de la provocation ?
Disons que Madame de Fontenay ne fait plus partie de ma vie et je ne devrais plus faire partie de la sienne. Je ne comprends pas qu’elle me porte autant d’intérêt. Je suis flattée.

Avec le recul, si c’était à refaire, est-ce que tu te représenterais encore aux élections de Miss Paris malgré le fait de ne pas respecter le contrat signé ?

Franchement non, je ne resignerais pas parce que j’en ai énormément souffert. Cette histoire a failli me détruire. Ca a été très loin. Maintenant, j’assume, je me sens blindée et beaucoup plus forte.

Dans ton portrait, tu parles de celui qui a vendu tes photos privées comme d’un ami… Est-ce que c’est toujours un ami après ce qu’il t’a fait ?

Bien sûr que non. Ce n’est plus un ami et bien sûr, je n’ai plus de nouvelles. C’est une grosse déception… Mais ça m’apprendra. C’est en prenant des claques que l’on avance.

Pour parler davantage de toi, quel a été ton parcours avant de participer au concours de Miss France ?

J’ai eu un bac littéraire arts plastiques. J’ai eu un petit boulot et parallèlement, j’apprenais toute seule des langues étrangères. Ca me passionne. Je me suis un peu formée toute seule. Je ne suis pas du tout du milieu, personne ne s’occupait de moi pour une potentielle carrière artistique. Maintenant, ça va peut être changer…

Que vas-tu faire dans les semaines à venir pour gagner ta vie ? Quel est ton plan de carrière ?

Je ne sais pas encore. Je suis un peu touche à tout donc j’ai un peu peur de m’éparpiller. Le tourisme m’aurait plu mais maintenant, j’ai d’autres perspectives. J’ai envie de faire de la télé, présenter une émission people… On m’a suggéré de faire du cinéma. En tout cas, je vous rassure, je ne sors pas de single (rires).

Interview réalisée par Célyne Durand et Damien Mercereau – Montage vidéo par Bertrand Guyard

 Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

 
© 2017 Kelly Bochenko Suffusion theme by Sayontan Sinha